Culture

Parole de Mobafriend

Je m’appelle Alexandra, j’ai vingt-quatre ans et je suis Infirme Moteur Cérébral. Je me déplace en fauteuil électrique et parfois en fauteuil manuel. Je tiens à vous livrer mon expérience. Pourquoi ? Pour vous dire que la vie est belle et mérite d’être vécue malgré des aléas, des moments de souffrances et de doutes. Je ne vais pas vous raconter toute ma vie, seulement des moments forts qui m’ont d’abord fait chuter puis donnés l’envie de me battre.

Qu'est-ce qui t'a poussé à devenir plus indépendante ?

Suite à des soucis de santé, j’arrête les cours en 2012 sans avoir le baccalauréat. Mes parents se séparent : le contexte familial se complexifie.Je me retrouve un peu livrée à moi-même. C’est compliqué lorsqu’on a été surprotégé toute son enfance pour faire ses armes. Seulement, rester ici c’est arrêter l’élan : celui de ma vie. J’aime ma famille, profondément. Seulement je suis seul maître à bord pour aller plus loin. Je décide donc de partir … Mais où aller ? Que faire de ma vie ? Je me pose alors beaucoup de questions existentielles.

Comment as tu vécu tes premiers mois ?

Je suis hébergée par un ami durant un mois. La salle de bain est peu accessible, je n’ai pas encore l’Allocation Adulte Handicapé (car il faut avoir 20 ans) et ne veux pas dépendre de lui financièrement. Je vais donc manger et me laver à la Croix Rouge. C’est une phase peu évidente je vous l’accorde mais j’y vois de belles rencontres et de l’indépendance. Je bénéficie de repas chauds et conviviaux. Les gens, bienveillants, s’arrangent avec Les Restos du Cœur de la ville pour me nourrir et me donner la possibilité de prendre des douches. Je garde quelques liens, difficilement, avec ma mère qui me donne un peu d’argent.

J’ai vraiment envie de reprendre ma vie en main. Je réfléchis alors à un projet professionnel. Et puis le hasard frappe et me donne le souffle nécessaire pour avancer. Je croise une de mes anciennes Assistante de Vie Scolaire qui me dit : « Alexandra, c’est tellement dommage que tu te n’aies pas passé ton bac étant donné ton potentiel et va voir une assistante sociale, elle pourra peut-être t’aider… » . C’est le déclic ! Je rencontre donc une assistante sociale qui appuie ma demande d’AAH et d’hébergement d’urgence auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées du Calvados. J’ai vraiment l’impression que toute ma vie dépend de cet organisme. L’administration a un rythme et une organisation qui leur sont peut-être nécessaires. Moi : je fonce !Le contraste pêche parfois.

Après ces aventures, quels sont tes nouveaux objectifs ?

Je peux faire une pré-orientation dans un Centre de Rééducation Professionnel puis une formation pour adultes. Les délais d’attente sont très importants ; je ne veux plus avoir la sensation de perdre mon temps ! Pour une fois dans ma vie mon objectif est clair et précis ; reprendre mes études.

Je cherche tous les établissements qui font un baccalauréat professionnel Gestion-Administration. Je découvre alors un établissement médico-social (Le Jard). Le hic : ils ne prennent que les jeunes de la région parisienne. Arf, je suis du Calvados … J’argumente et révise pour passer les tests dans leur établissement. MIRACLE ou persévérance : ma candidature est acceptée. Je suis fière de vous dire que je suis titulaire du Baccalauréat Gestion-Administration et avec mention très bien, en plus !!!!

Et maintenant, que vas-tu faire ?

Je quitte la Normandie pour la Gironde. J’effectue une formation d’Employée Administrative et d’Accueil en internat à l’Institut d’Education Motrice (IEM) de Talence. Je commence alors à me laisser vivre. Je pars en weekend un peu partout en France… A l’IEM, les jeunes viennent de toute la France (même d’Outre-Mer) et pour moi qui aime bouger c’est vraiment cool ! J’adore découvrir de nouvelles choses. Je suis allée à Amiens, Strasbourg et au ski avec des amis handicapés et des éducateurs. Je prends souvent le train pour retourner à Paris voir mes amis grâce au service d’Accès Plus. Je dois reconnaître cependant qu’il est parfois difficile de trouver un taxi adapté à prix raisonnable quand je suis en fauteuil électrique… Enfin bon, la prochaine étape c’est la Dordogne avec un ami handicapé qui a une voiture adaptée.

J’ai une carte d’identité et un passeport à jour, je suis aussi sur les réseaux des globetrotteurs en fauteuil : à moi l’aventure !

As-tu un message de fin à dire ?

La vie est faite de choix et de belles rencontres qui influencent positivement nos décisions. Même si la vie vous blesse, gardez espoir, fixez-vous des objectifs à atteindre pour votre épanouissement personnel et croyez en vous ! C’est lorsque que l’on a plus rien à perdre que l’on a tout à gagner… N’ayez pas peur de l’inconnu, il offre souvent de belles surprises. Handicapé(es) ou non, osez sortir de votre zone de confort et vivez !

Aujourd’hui je m’épanouis professionnellement et dans ma vie privée et je vous souhaite d’être heureux comme moi.